14 novembre 2008

Séraphine Louis, la peinture jusqu'à la folie

7644d1e95fe6ddfaf90ea508b11ba287.jpgMalgré un budget serré, le dernier long-métrage de Martin Provost, "Séraphine", est en train de réaliser un fort joli parcours dans les salles obscures, aussi bien en France qu'à l'étranger. Le réalisateur était de passage au cinéma Le Bretagne, à Saint-Renan, mercredi, pour présenter son film. Un joli cadeau pour cette salle de cinéma associative qui l'avait déjà reçu au tout début de sa carrière de cinéaste et qui célèbre, cette semaine, son dixième anniversaire.


8d87676c2f240d8d78664d433d47f353.jpg


Martin Provost ne semble toujours pas lui-même en revenir. Le succès de "Séraphine" le dépasserait presque. Alors que son précédent film, sur lequel il travaillait depuis deux ans, n'avait pu aboutir, faute de financement, voilà qu'il tombe, un peu par hasard, sur l'histoire de Séraphine Louis, aussi appelée Séraphine de Senlis, dont il n'avait jamais jusqu'ici entendu parler. D'emblée, il perçoit ce qu'il pourrait en tirer d'un point de vue cinématographique. Il est vrai que le parcours de Séraphine, cette femme de ménage habitée par sa passion pour la peinture, ne manque pas de sel. Découverte par le critique et marchand d'art allemand Wilhelm Uhde (déjà découvreur, entre autres, du Douanier Rousseau), qui résidait dans l'une des maisons bourgeoises de Senlis où elle effectuait le ménage, le talent de cette géniale autodidacte finira en effet par être reconnu dans le monde entier.

c155cc82ba2b87bbe54e2e0ccfbee9be.jpgYolande Moreau n'a pas hésité
S'appuyant sur les quelques biographies disponibles sur la peintre naïve née en 1864, et sur les journaux intimes tenus par Wilhelm Uhde, Martin Provost restitue minutieusement l'existence de celle qui finit par sombrer dans la folie et qui fut d'ailleurs internée à l'hôpital psychiatrique de Clermont à partir de 1932. Pour interpréter Séraphine, il a immédiatement songé à la comédienne belge Yolande Moreau, révélée dans "Sans toit ni loi" d'Agnès Varda ou les Deschiens (ce fut aussi la concierge d'Amélie Poulain). "Il se trouve que Yolande vit aussi près de Vernon, à trois kilomètres de chez moi", raconte Martin Provost; "je suis allé lui lire l'histoire de Séraphine. Je lui ai apporté tout ce que j'avais collecté. Je me souviens que nous étions assis dans son jardin. Elle a tout de suite été fascinée par cette histoire et n'a pas hésité un instant. Et le plus drôle, c'est que lorsque je lui ai montré des vieilles photos de Séraphine, elle s'est écriée : "Ce n'est pas flatteur, mais c'est tout à fait moi". Il est vrai que la ressemblance avec Séraphine était frappante !".

9fb640ef88fb9c0a3ebe5db061c1a46b.jpgLe Vexin luxuriant
Touchante et troublante d'un bout à l'autre, Yolande Moreau incarne le personnage avec une infinie justesse. Bonne à tout faire le jour, Séraphine passait toutes ses nuits, comme habitée, à peindre à la bougie, inlassablement. N'ayant jamais reçu le moindre enseignement, elle avait appris à fabriquer, à partir d'ingrédients naturels, les couleurs vives dont elle se servirait pour peindre fleurs et fruits comme jamais personne n'avait osé le faire, mis à part peut-être Van Gogh. Tourné à Senlis et dans la campagne luxuriante du Vexin normand, le film a la beauté lustrée d'un film de James Ivory, avec ses tableaux d'époque somptueux, à l'image de cette splendide scène au lavoir, un régal.

7d9fb1b1feae9b5b1b4b355e2d9f5f92.jpgUne exposition au musée Maillol
Le succès du film a un autre corollaire. Le musée Maillol, à Paris, où sont exposées certaines des plus belles oeuvres de Séraphine, ne désemplit plus. Une exposition lui est consacrée jusqu'au 5 janvier 2009. "Il faut les avoir devant soi pour réaliser toute la puissance de ces toiles", lance Martin Provost, en qui Séraphine a trouvé, comme avec Wilhelm Uhde autrefois, un avocat particulièrement convaincant.



MISE A JOUR LE 1ER MARS 2009 :
Consécration ce week-end, à la 34è cérémonie des Césars, pour Séraphine et Martin Provost, qui obtiennent sept prix au total : meilleur film, meilleure actrice (Yolande Moreau), scénario original, musique, photo, décors, costumes. Le film a réalisé un total de 500.000 entrées depuis octobre. Bonne nouvelle, l'expo sur Séraphine Louis au musée Maillol à Paris a été prolongée jusqu'au 30 mars 2009 !


La bande annonce du film de Martin Provost :




POUR EN SAVOIR PLUS :

Le site officiel du film Séraphine.
Le site du musée Maillol.

Commentaires

Ca m'a tout l'air d'un superbe film à aller voir Merci Titus :o) Et puis ca fait plaisir de te lire à nouveau

Écrit par : Jipes | 15 novembre 2008

Répondre à ce commentaire

Que belleza!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Julia | 20 novembre 2008

Répondre à ce commentaire

Un petit bonjour amical de Vendée en passant... et en plus je découvre la bande annonce d'un film qui m'a l'air superbe avec une actrice formidable, Yolande Moreau et que j'imagine tout à fait dans ce rôle.
Bonne fin de semaine,

Écrit par : Marie-France | 21 novembre 2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour Titus et ravie de te retrouver ! A priori, Séraphine n'est plus à l'affiche par chez nous, dommage, tu m'avais vraiment donné envie de le découvrir...

Écrit par : Bridget | 23 novembre 2008

Répondre à ce commentaire

Je suis très impressionné, admiratif par le film de Séraphine de Senlis c'est un vrai chef d'oeuvre.
Merci
Denis Bermont

Écrit par : Bermont | 07 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Tant d’énérgie aussi que d’expression parfois frénétique et inconsolable se cachant devant ces toiles lesquelles les peintres endurent des vertes et des pas mûres qu’on commence à se sentir mal à son aise. L’art c’est bien des travaux forcés à perpétuité, Dieu merci que nous ne contemplons que des résultats. C’est génial, ce film.

Écrit par : Christopher - Broward County Records | 21 janvier 2009

Répondre à ce commentaire

J’ai lu cet article bien informatif trois fois et chaque fois ma conscience a fait instamment mais sans intention un changement nominal : Marcel Proust au lieu de Martin Provost, pourquoi ça ? j’ignore. Mais n’est-ce pas un signe, un scéau de génie, car cette production cinématographique est en effet géniale, comme on a déjà remarqué. Bon, c’est bien évident.

Écrit par : Bethany - Arbeitsrecht Rechtsanwalt Stuttgart | 21 janvier 2009

Répondre à ce commentaire

Je viens de voir le film et je suis absolument sous le charme... d'ailleurs depuis que j'ai quitté le ciné je surfe sur Internet pour m'informer le plus possible sur cette artiste admirablement interprétée par Yolande MOREAU. Et ô joie ! l'expo au Musée Maillol est prolongée jusqu'à fin mars 2009 : j'y cours dès demain. En tout cas merci pour ce film, quel bien et quel bonheur. Bravo. Césars bien mérités.

Écrit par : ISABELLE - PARIS 12ème | 28 février 2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.