22 mai 2007

Stephan Eicher : "Livrer des messages, c'est pas mon truc !"

medium_stephan2.jpgMa première rencontre avec Stephan Eicher remonte au 13 mai 1994. A l'époque, il prenait un petit break au Québec entre deux tournées européennes où il assurait la promo de son album "Carcassonne". Je profite de la sortie toute récente de son nouvel album "Eldorado" pour ressortir cette interview réalisée au Canada pour l'émission Calypso, sur CINN FM, au cours de laquelle il évoque notamment sa collaboration et son amitié avec l'écrivain Philippe Djian.


Avant d'entrer dans le vif du sujet, une petite mise en bouche avec le clip de sa chanson "Venez danser" :



medium_stephan1.jpgTitus - Stephan Eicher, je me rappelle de vous avoir vu, en concert, au fameux cabaret Vauban, à Brest. Ca doit remonter à l'année 1985. Vous assuriez alors la promotion de votre album "I tell this night" et on devait être 100 ou 150 dans la salle... C'était l'époque où vous vous représentiez seul sur scène, jouant de la guitare et des synthés... Aujourd'hui, en Europe, vos concerts drainent plusieurs milliers de personnes à chaque fois et vous êtes en général accompagné par plusieurs musiciens, quand ce n'est pas un orchestre au complet. Qu'est-ce qui a déterminé cette transition ? Est-ce par goût du changement ou la rançon du succès ?

Ecouter la réponse de Stephan Eicher dans Calypso, sur CINN FM




Stephan Eicher - Vous savez, j'ai commencé tout seul parce que je ne trouvais pas de musiciens. J'ai grandi en Suisse et la Suisse n'est pas un pays vraiment connu pour une scène musicale très vivante. On n'a presque pas de club où on peut jouer. Si vous cherchez un batteur, c'est vraiment dur ! Comme je voulais faire des tournées et me consacrer à ça, j'ai profité du fait qu'on ait inventé les boîtes à rythme et les séquenceurs. J'ai trouvé une façon de travailler avec ces machines et cela m'a donné la possibilité de faire ma musique. Quelques années plus tard, ça m'a ennuyé. J'ai eu envie de vrais musiciens ! J'ai commencé avec un disque qui s'appelait "My Place", sur lequel j'avais invité un quatuor à cordes classique. L'expérience m'a vraiment plu et maintenant, je suis comme le chanteur d'un groupe heavy metal.

medium_carcassonne.jpgTitus - Vous êtes un explorateur de sons et n'hésitez jamais à introduire de nouveaux instruments dans vos compositions. Votre album "Carcassonne" (ci-contre) en est un bon exemple. Vous y avez intégré plusieurs instruments médiévaux. Carcassonne s'y prêtait bien, j'imagine... Aviez-vous choisi cette ville pour ce qu'elle représentait historiquement ?

Non, j'y suis passé plusieurs fois la nuit dans le bus, en tournée. Si vous partez de Toulouse à Montpellier, c'est à gauche, et tout à coup, la cité apparaît comme un mirage, un mix entre une ville arabe et Disneyland. Ca m'a toujours fasciné ! Un jour, j'y donnais un concert et je me suis retrouvé dans un hôtel vraiment charmant, de style médiéval. Des gens adorables ! J'ai voulu écrire quelques chansons dans ce cadre et finalement, j'en suis sorti avec tout un disque... Là-bas, j'ai rencontré des gens qui jouent cette musique médiévale : des troubadours avec les vielles à roue, les ouds, tout ça. Du coup, j'ai invité l'un d'entre eux à faire la tournée avec moi, avec sa vielle à roue... Avec ces bruits qui font parfois peur (rires). Ca se mélange vraiment bien avec des guitares et tout ça; ça me plaît beaucoup !

Le clip de la chanson "Combien de temps", extrait de l'album "Silence" en 1987 :


medium_stephan11.jpgTitus - On parle beaucoup de vous en tant que gitan. Est-ce que vous vous sentez toujours l'âme du gitan dont on parle très souvent dans les médias ?

Non, je n'ai pas beaucoup de sang gitan, moi. C'est du côté de mon père, mon grand-père en fait. Mais même lui a voyagé tout seul, et pas avec sa famille. Je sens ça quand même dans le sens que ça ne me gêne pas du tout de voyager tout le temps. Etre chaque jour dans une autre ville, ça me plaît ! C'est ma vie depuis huit ans et j'aime encore ça.

Titus - Un citoyen du monde, en quelque sorte ?

Oui. Je suis un gitan universel maintenant !

medium_engelberg.jpgTitus - Avant "Carcassonne", vous aviez publié "Engelberg" (ci-contre), l'album qui vous a en grande partie révélé au grand public avec le succès "Déjeuner en paix" notamment. Deux albums, deux noms de ville, puisque Engelberg est une ville suisse... Les villes où vous avez réalisé ces albums... Vous avez déjà réfléchi à une prochaine étape ?

J'aime bien raisonner par trois. J'aime les trilogies. Il n'est donc pas impossible que j'y ajoute une troisième ville, en effet. Mais je n'en sais trop rien encore. Peut-être qu'on y verra plein de villes. Un disque live par exemple ! On pourrait l'appeler Montréal-Berne-Paris-Genève-Berlin-Bruxelles-Québec... Ca serait peut-être un peu long, non ?

medium_stephan5.jpgTitus - On m'a dit que vous aviez une fascination pour le train et que votre prochain album pourrait être enregistré dans un train... Est-ce vrai ?

C'était une blague. J'ai enregistré un album dans une vieille salle de bal, un autre dans un vieil hôtel, et chaque fois, les techniciens me disent que ça va être difficile. Ce qui serait vraiment difficile, ça serait d'en faire un dans un train... Ou dans un bateau...

Ecouter la réponse de Stephan Eicher dans Calypso, sur CINN FM




Un musicien devient créatif et spontané quand il a autour de lui un environnement qui l'inspire. Et je ne suis pas sûr que les studios d'enregistrement soient très propices à l'inspiration. Un train, ça serait vraiment inspirant...

Titus - Surtout un train en mouvement !

Voilà... Dinguedoum, dinguedoum, dinguedoum... Le rythme est déjà fait, hein... Tout le disque va être dans un tempo !

medium_stephan3.jpgTitus - On parle d'ambiance et d'environnement : quand on écoute votre album "Carcassonne", on se rend bien compte que ce n'est pas seulement après les vieilles pierres que vous courez. L'environnement humain semble aussi beaucoup compter à vos yeux ! J'ai été surpris de constater, sur le livret qui accompagne le disque, que vous remerciez pratiquement tout le personnel de l'hôtel où vous avez enregistré l'album. C'est un bel hommage à tous ces gens que vous avez côtoyés au jour le jour pendant les semaines d'enregistrement...

Je crois que c'est eux qui me donnent la possibilité d'être moi-même ! Dans un hôtel, il y a des femmes de chambre, des cuisiniers, des gens à la réception, des gardiens de nuit. Ils étaient tous aussi importants à mes yeux. Je trouvais ça normal qu'ils se retrouvent sur le disque avec leurs noms ! C'était la moindre des choses ! D'ailleurs même les oiseaux ont été remerciés dans le livret.

medium_stephan7.jpgTitus - J'aimerais que l'on parle d'une rencontre qui a été déterminante dans votre vie, celle avec l'écrivain français Philippe Djian. Je crois que vous vous êtes rencontrés par hasard sur le plateau d'une émission de télé. Cette rencontre a généré une amitié profonde puis des textes pour vos chansons... Vous dites en interview très souvent que vous n'êtes pas un chanteur à messages, et que vous attachez assez peu d'importance aux textes. Comment s'articule cette collaboration avec Philippe Djian ?

Je n'ai pas de message comme on peut attendre de quelqu'un qui fait mon métier. Un message, d'un point de vue étymologique, c'est le travail des anges, non ? Et je ne suis pas un ange, ça c'est sûr... Livrer des messages, c'est pas mon truc !

Ecouter la réponse de Stephan Eicher dans Calypso, sur CINN FM



medium_stephan13.jpgOn est devenu amis avec Philippe grâce à une émission de télévision ; je ne sais plus qui a proposé cette collaboration en premier... Mais on en a eu envie tous les deux, et c'est déjà le troisième disque sur lequel on travaille ensemble... Ca devient de plus en plus intéressant. Le mélange des deux personnages est de plus en plus profond; ça devient un seul personnage en fait. Quand je regarde les premières et maintenant les dernières chansons qu'on a écrites ensemble, je crois qu'il faut qu'on continue...

Le clip de la chanson "Ni remords ni regrets" :


Titus - Au début de votre carrière, vous écriviez déjà des chansons en français... Je me souviens des "Chansons bleues" notamment...

Mais c'était très limité... Je suis peut-être quelqu'un de très égocentrique, mais j'ai aussi un peu de goût (rires), et lorsque je regarde mes chansons en français et celles écrites par Philippe, je dois dire que les siennes sont nettement meilleures. Sans jalousie aucune. C'est pour ça d'ailleurs que j'ai arrêté d'en écrire en français.

medium_stephan12.jpgTitus - Par contre, vous continuez à écrire les textes de vos chansons en allemand et en anglais... (*)

Oui, mais c'est une vue totalement différente. Philippe part toujours dans le réel. Dans "Déjeuner en paix", on voit tout de suite la cuisine et le couple qui est en train de prendre son petit café... Chez moi, c'est plus à la manière du peintre. Je dessine des ambiances; je ne travaille pas dans le réel mais plutôt dans les atmosphères. Ca peut être intéressant, il me semble, de combiner ces deux approches sur un même disque.

(*) : sur le dernier album de Stephan Eicher, "Eldorado", les chansons en allemand sont signées Martin Suter, auteur suisse allemand qui a notamment publié le superbe "Lila, Lila". (note de Titus)

Titus - Vous évoquez le dessin : je crois que c'est justement une autre corde à votre arc. Si je ne m'abuse, une exposition de vos travaux est d'ailleurs programmée cet été à Québec...

Je dessine toutes sortes de choses... L'expo en question sera basée sur mes impressions du Québec. J'ai toujours un petit cahier sur moi et j'y dessine des motels, des chambres d'hôtel, des piscines, des stations essence, des snacks. Et les baleines, naturellement !

Titus - Comment analysez-vous votre succès au Canada ?

medium_stephan14.jpgLa première fois que j'ai joué au Québec, j'ai été fasciné par la découverte d'un public qui ne me connaissait pas mais qui semblait intéressé par la musique et pas par l'image, ou la coupe des cheveux. Pour un musicien, le public d'ici est très agréable parce qu'il écoute, ce qui est devenu un peu rare...

Le clip de la chanson "Rendez-vous", extrait du nouvel album de Stephan Eicher, "Eldorado" :


Commentaires

J'attendrai un jour que tu me fasses une interview aussi :PP

Écrit par : Jo Ann v. | 22 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour Titus

Je termine le Syndicat des Pauvres Types, une adresse au vitriol sur notre société, et écrit avec énormément de subtilité. J'aime.

Bisous mon museau fleuri :)

Écrit par : Cath | 23 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Hello,
J'ai un problème avec les liens de CINN FM... Il y a un grand carré vide sous le lien avec le texte suivant et si je clique sur le lien bleu CINN FM j'arrive sur leur site en page d'accueil mais rien sur S. Eicher ??
Cela vient de moi ou c'est pour tout le monde pareil ??
A plus....
PS : Sinon, bravo très belle IW !!

Écrit par : Osiris | 24 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Hé ben bien du talent pour cette interview des questions pertinentes et d'excellentes réponses qui ne font que conforter l'opinion, excellente au demeurant que j'avais de Stephan Eicher :o)

Merci beaucoup c'est chouette à lire Titus ! Si tu as un peu de temps j'aimerais que tu me donnes ton avis sur une interview vidéo que j'ai réalisé

Écrit par : Jipes | 24 mai 2007

Répondre à ce commentaire

@ Osiris : le site de CINN FM éprouve apparemment des difficultés d'ordre technique ces temps-ci et des mises à jour sont à venir... Tu n'y trouveras rien cependant en rapport avec l'interview de Stephan Eicher. Il s'agit simplement du site de la station où j'ai bossé pendant cinq ans... Un merveilleux souvenir !
@ Jipes : merci pour tes visites et commentaires. Où puis-je voir l'ITW vidéo dont tu parles. Je suis allé voir sur ton site, mais je n'y ai pas vu d'interview.
Par contre, j'ai écouté cette superbe vidéo de Kenny Joe Phelps. Magnifique !
@ Jo-Ann : quand tu veux pour l'interview. Ca serait vraiment avec plaisir, pour enrichir ma rubrique des "rencontres africaines" !!! ;0)

Écrit par : Titus | 25 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Oh oui Kelly Joe est clairemnet dans mon top 5 avec Ani Difranco, John Mooney, Ry Cooder and The Meters

Mes vidéos sont hébergées sur Youtube, l'interview part 1 est a cette adresse
http://youtube.com/watch?v=DbewcmFV8fY

Écrit par : Jipes | 25 mai 2007

Répondre à ce commentaire

@ Jipes : ça y est, je suis allé voir ! Bravo ! De très bonnes questions ! J'adore cette formule d'interview pour le Net. Je regrette de n'avoir pas pu faire la même chose l'autre soir avec Shannon Lyon : c'est quand même autre chose que la photo ! Un jour peut-être !

Écrit par : Titus | 25 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Merci pour ton avis Titus, si jamais tu passes par l'Alsace tu me fais signe ;o)

Écrit par : Jipes | 25 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Hello Titus,
Et bien la voilà cette fameuse ITV, bravo, grand professionnalisme !! Journaliste Radio donc, que tu serais ?
Sinon moi aussi quelques soucis avec le lien CINN FM, pas pu entendre les ITV radio...
Ce type me redonne la pêche quand je doute, un artiste complet et qui n'a pas la grosse tête, humain... Un bel exemple.
Je suis toujours partant si tu veux faire une ITV avec moi, sur la musique de film et les chansons (je suis en plein dedans, ce sera prêt pour la sortie de Fragile(s) le 20 juin).
A très bientôt.

Écrit par : denis_m le song writer ! | 25 mai 2007

Répondre à ce commentaire

@ Denis : je te note sur mes tablettes, avec grand plaisir. Début juin, avant la sortie du film "Fragile", ça serait peut-être pas mal, qu'en penses-tu ?

Écrit par : Titus | 26 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Hen Hao Ting!!!!
(c'est en chinois qui signe:attachant ou agréable à l'oreille)

Écrit par : Isa | 28 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Hen Hao Ting!!!!
(c'est en chinois qui signe:attachant ou agréable à l'oreille)

Écrit par : Isa | 28 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Ok pour début juin, contactes-moi sur l'adresse artdesignby, qu'on se passe nos coordonnées.
A bientôt.

Écrit par : denis_m le musicien | 28 mai 2007

Répondre à ce commentaire

bravo, c'est intéressant et sort un peu des sentiers battus. j'en dirai plus après avoir vu l'artiste au bataclan demain soir. je crois que cet album va bien marcher en france. j'aimerais lire l'avis de personnes ayant vu eicher sur cette tournée (lille, rennes, bordeaux, aurillac ?)

Écrit par : gunnar | 29 mai 2007

Répondre à ce commentaire

J'étais hier soir à la Cité à Rennes... Concert fantastique, intime, passionné, émouvant... bref je manque d'adjectifs... A ne pas manquer...
Voir la suite de mon avis sur http://osiris.blog.lemonde.fr sur la note d'aujourd'hui...
A plus

Écrit par : Osiris | 30 mai 2007

Répondre à ce commentaire

j'étais hier soir au Bataclan à Paris, avec une 13° chanson laissée au public ; Eisbär version reggae. Beaucoup d'humour, beaucoup de mélanges de rythmes... la suite sur mon blog

Écrit par : gunnar | 31 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Merci Gunnar et Osiris pour ces témoignages. On ne manquera pas d'aller lire vos comptes rendus sur vos blogs respectifs !

@ Isa : Hen hao ting, dis-tu ? Ma première leçon de chinois. Je vais tâcher de la retenir ! Merci de ton commentaire !

Écrit par : Titus | 31 mai 2007

Répondre à ce commentaire

Hello du dimanche !

Enfin, j'ai relu à tête reposée cette belle inter' d'un chanteur qui m'a bercé longtemps et qui me berce encore.

J'aime beaucoup ce qu'il exprime lorsqu'il énonce que les mots de ses chansons sont plus poétiques, imaginaires, tels les dessins, les peintures qu'il fait... C'est exactement comme cela que je le voyais !

Encore merci pour ce partage.

Bizz et bon dimanche

PS : pour la petite histoire, en terminale, j'avais monté la choré avec une copine de sa chanson "combien de temps", tellement géniale...

Écrit par : Laurenn | 17 juin 2007

Répondre à ce commentaire

le hasard m'a mené sur cet interview et je l'ai trouvé très pertinent!
je suis stephan eicher depuis 1992, depuis j'essaie d'aller au moins une fois à chacune de ses prestations scéniques!! bataclan génial et je reviens du show case, qu'il a fait à la fnac des ternes à Paris hier soir!!! Très chouette, il est resté envirion une heure, à discuter, à proposer des titres, zen et amusant, vraiment très bien quoi!!

Écrit par : valerie | 21 juin 2007

Répondre à ce commentaire

je te remercie beucoup pour les vidéos! :)

Écrit par : MrBark | 13 février 2008

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour cette belle interview que je viens découvrir.

J'étais au Bataclan aussi, en son temps, et on trouve quelques comptes-rendu sympas de concerts ou showcases au Eicher's Café, le forum du site de Whatever, si ça vous dit : http://www.whatever-fr.com

Écrit par : Vega | 23 septembre 2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.