20 mars 2007

Teiva : "Je suis un pur autodidacte"

medium_TEIVA_03.jpgDe mère polynésienne et de père breton, le chanteur tahitien Teiva n'a encore que 18 ans mais, déjà, semble se dessiner la trajectoire d'un grand. Ce guitariste autodidacte qui s'inscrit dans le sillage d'un Ben Harper a publié, il y a peu, son premier album, intitulé "Influences", un disque dont il a composé mélodies et textes et sur lequel il revient dans l'interview que nous vous proposons aujourd'hui.


Découvert en 2005 par le producteur Alain Lievens-Demeyere, dénicheur de talents à qui l'on doit, entre autres, la découverte d'une certaine Khadja Nin, Teiva ne cesse, depuis, de franchir des étapes décisives. Après avoir assuré la première partie de Yannick Noah, "le premier concert de ma vie devant 5.000 personnes", Teiva semble avoir le vent en poupe. Il a fait sensation aux Francofolies de La Rochelle, en France, en juillet 2006 et vient de se produire en concert, la semaine dernière, à Auckland (Nouvelle-Zélande). Une prestation qui devait être filmée par une équipe de RFO télévision Polynésie.

Titus - Teiva, peux-tu nous décrire l'univers où tu as grandi ?

Teiva - Je suis demi Breton et Tahitien. Mes parents vivent à Tahiti. J’ai toujours vécu en Polynésie mais mes grands-parents vivent toujours près de Rennes, en Bretagne.

Titus - Ton environnement familial a-t-il joué un rôle dans ton intérêt pour la musique ? A quand remonte ton premier souvenir musical ?

Ma mère joue un peu de guitare et chante. Mais je pense que mon premier instrument fut le yukulele. A vrai dire, je ne sais plus trop à quel âge ! Sinon, j'ai commencé la guitare à l'âge de quinze ans...

Titus - As-tu suivi des études musicales ?

Non, en fait, j’ai appris avec les copains. Je suis un pur autodidacte.

Titus - Quelles sont les personnalités de la scène musicale dont tu te sens aujourd'hui redevable ?

Il y a surtout Ben Harper ! Ma passion pour cet artiste m’est venue en écoutant ses disques.

medium_conf_presse_av_yannick.jpgTitus - La Polynésie est une terre de musiques... Considères-tu que le fait de grandir dans cette île a favorisé ta vocation ?

Je pense que oui. A Tahiti, tout le monde a un yukulele ou une guitare. Et le fait de voir dans mon entourage des gens jouer a certainement favorisé ma vocation. Ceci dit, la Polynésie a peu influencé mon oeuvre jusqu’à présent.

Titus - Tes chansons sonnent effectivement très "pop internationale"; envisages-tu de donner à l'occasion une couleur plus locale, ou disons plus "Pacifique Sud" à ta musique ?

J'aimerais en effet donner une couleur un peu plus locale à mes prochaines compositions, notamment en incorporant peut-être des percussions et des textes en tahitien.

Titus - Le fait de vivre au milieu du Pacifique est-il un atout ou un handicap pour quelqu'un qui veut vivre de la musique ? Beaucoup d'artistes polynésiens (Andy Tupaia, etc.) sont passés par la case "Etats-Unis" avant de percer... Est-ce une étape obligée quand on veut réussir ?

C’est un handicap et une chance. Un handicap car on est à des milliers de kilomètres de tout ! C'est aussi une chance car nous avons des percussions tahitiennes qu’on ne trouve nulle part ailleurs, avec des sons inconnus des autres. La case Etats-Unis n’est pas indispensable, il faut seulement se faire connaître en-dehors de nos frontières et c’est le désir de mon producteur. Il a fait l’album pour l’international, surtout.

Ecouter le premier single de Teiva, "Show me", publié en avril 2006 :


Titus - Quel accueil as-tu reçu, jusqu'ici, de la part du public ?

Le public a été super, il m’a encouragé et soutenu, les médias aussi.

medium_face_album.2.jpgTitus - Comment réagit le public polynésien face à un artiste comme toi qui semble avoir la pointure nécessaire pour affronter le marché international ?

Je crois que le public est heureux pour moi et est avec moi. Il est content de voir que je m’accroche pour essayer de percer sur la scène internationale. Il y a beaucoup de gens qui attendent cela car ils sont peu nombreux à percer hors Polynésie...

Titus - Quelles sont tes ambitions pour les prochaines années ?

Mon producteur et moi-même envisageons un second album, un second clip pour pousser le premier album. Muriel, la femme de mon producteur, s’acharne à trouver une maison de disques ou en tout cas des distributeurs un peu partout. Je vais bientôt être sur tous les sites de vente en ligne, j’espère que cela donnera un coup de pouce.

Titus - Disposes-tu déjà d'une équipe pour organiser ta carrière ?

J’ai donc mon producteur/manager qui m’a découvert dans un bar, en 2005. Il a fait tous les arrangements sur les morceaux que je lui ai joués à la guitare. Il compose également et j’ai donc deux morceaux à lui sur l’album (les deux en tahitien). Sacha Forlen est mon mixeur attitré. C’est un pro du mixage. La preuve, le mastering de l’album a été bouclé en quelques heures ! La femme de mon manageur, Muriel, s’occupe de mon book, de mon planning (concerts, interviews, etc). Elle a créé ma page sur Myspace... Enfin, elle gère tout ce qui est à côté de la création et de la production.

Titus - Travailles-tu aussi avec d'autres musiciens ?

Les concerts que je donne sont souvent en collaboration étroite avec Christian Chebret, un guitariste d’enfer.

Titus - Comment se construit d'ordinaire une chanson de Teiva ?

Je compose d’abord les mélodies et, ensuite, j’écris les textes. Certaines chansons sont terminées en un jour, d’autres en une semaine... C’est assez variable, ça dépend de l’inspiration.

Titus - Peux-tu nous raconter l'une de tes journées ?

Je suis des études en hôtellerie. La scolarité avant tout pour l’instant. Le matin et l'après-midi, je vais donc à l'école. J'utilise mon temps libre en studio ou en donnant des concerts. Sinon, quand je n’étudie pas ou ne compose pas, c’est au sport que je me consacre. J'adore le body board.

Titus - Quels sont les thèmes dont tu parles dans tes chansons ?

Je parle beaucoup d’amour, de la nature, de la pollution aussi et de toutes les blessures dont la nature est victime. Je ne me considère pas comme un chanteur engagé, juste un observateur du monde dans lequel nous vivons et je rapporte ces observations dans mes chansons.

Titus - As-tu beaucoup évolué depuis l'époque de tes premières compositions ?

Je crois que oui. A chaque chanson, il y a une évolution. J’apprends des accords via Alain ou Christian ou un autre guitariste et je les restitue, donc j’élargis mes connaissances musicales et cela s'en ressent dans mes compos. Il faut dire que mes premières chansons datent de moins de deux ans.

Titus - Où en sont tes projets discographiques ?

medium_teiva2.jpgUn deuxième album est en projet, c’est sûr ! Mais il faut au moins laisser un an, voire un an et demi, pour que le premier soit connu et vendu. J’ai donc le temps pour le second ! On espère trouver un petit financement pour faire le second clip. Il y a déjà un admirateur qui a lancé une collecte sur son blog pour 3.000 $US, c’est ce que nous avons besoin pour pouvoir le produire. Etant donné que mon manager a tout autofinancé, et que les ventes du disque en Polynésie s’effondrent, il faut du temps pour amortir le single, le clip et l’album !

Titus - Quels sont tes projets pour les prochains mois ?

Je compose assez facilement, j’ai donc déjà un deuxième, voire un troisième album dans mes cordes de guitare. Je fais des concerts dans les environs, à Tahiti et Moorea (pendant les week-ends ou les congés scolaires). Dès juillet 2007, quand j’aurai mon diplôme, je pourrai bouger plus facilement à l’étranger. J’espère que d’ici là, on aura trouvé une maison de disques qui m’aidera à me faire connaître. Déjà en France, ce serait bien !

Titus - Tu es de père breton... Qu'évoque pour toi la Bretagne ?

Comme tu dois t’en douter, la mer a beaucoup d’importance pour nous, Polynésiens. Donc, en Bretagne je retrouve cet élément. Et même si la météo est assez différente d’ici, j’aime beaucoup la Bretagne. J’essaie d’y aller tous les deux ans. J’espère pouvoir faire des concerts en Bretagne aussi.

Pratique

teiva,tahiti,polynésie,pop-rockDiscographie de Teiva : le single “Show Me” sorti en avril 2006; l'album “Influences” sorti en novembre 2006.

11:51 Publié dans Rencontres tahitiennes | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : teiva, tahiti, polynésie, pop-rock | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Grande som, pois gostei muito desse primeiro album..

Bom trabalho

Écrit par : PSousa | 20 mars 2007

Répondre à ce commentaire

Merci Titus pour cette découverte. Je n'ai pas été touché par l'émotion sur l'extrait en vidéo mais ca m'a donné envie d'en écouter plus quand même.

Écrit par : Fishturn | 21 mars 2007

Répondre à ce commentaire

Bien Titus pour cette découverte, tout bien comme d'hab sauf que ton "youtube" dépasse de la colonne centrale... Un peu à l'étroit le blog ?

Comme Fishturn, je n'ai pas retrouvé Ben Harper (que j'adore aussi) et surtout l'émotion, c'est bien quand même et le petit n'a que 18 ans... ça me fait penser qu'il faut que je prépare mes chansons pour la sortie de Fragile(s) et que j'ai un petit contrat à terminer, passé entre toit et moi, et que je suis horriblement à la bourre... donc, donc !

Écrit par : denis_m | 21 mars 2007

Répondre à ce commentaire

il faut le voir en live, émotion garantit, la marque des grands? :)

Écrit par : Mahe | 25 mars 2007

Répondre à ce commentaire

Salut Teiva,
je suis Alex et je rentre en métropole sur LA ROCHELLE où tu fais les francos... J'aime bcp ta music et si je peux te rencontrer et t'aider sur le 17 ça me ferai très plaisir.
à+
nana alex,

Écrit par : DUPUY | 01 avril 2007

Répondre à ce commentaire

Salut Teiva, salut à tous,

J'adore la chanson "show me" depuis sa sortie, et j'aimerai beaucoup la jouer à la guitare. Serait-il possible d'avoir quelques précisions sur les accords ?

Nana

Écrit par : Katia | 28 septembre 2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.